Douala: Des "benskineurs" assomment un commissaire

:: Cameroun :: 1030 vues :: :: :: Faits divers
Douala: Des "benskineurs" assomment un commissaire Mboapages
Un coup violent sur la tête, le commissaire s'effondre et saigne. Les habitants du quartier Bonamoussadi n'oublieront pas de si tôt la tragique scène. Ndema Ollo Emmanuel, Commissaire de police principal a reçu un coup de latte violent sur la tête. Il s'est écroulé sur le champ et a été conduit dans un centre hospitalier pour des soins. Causée par les conducteurs de motos venus des différents quartiers de la ville, la scène s'est produite aussi vite qu'aucuns parmi eux n'a pu être identifiés. Ils ont pris la clé des champs après avoir commis leur forfait. 

Joint au téléphone, la victime Ndema Ollo Emmanuel relate les faits: «les conducteurs de moto se sont acharnés contre mes éléments, parce qu'une vingtaine de moto avaient été saisies. C'est ainsi qu'en voulant intervenir, un conducteur de moto m'a donné un coup très violent sur la tête, à l'aide d'une latte », raconte-t-il.

Selon les informations recueillies sur les lieux, près de 200 motos venues des différents coins de la ville de Douala,ont créé la pagaille dans les rues. « Ils sont partis de la ville pour Bonamoussadi, parce qu'ils ont appris que leurs collègues étaient en danger. Par solidarité de corps, ces derniers ont assommé le commissaire sur la tête, il s'est effondré aussitôt avant qu'on ne le conduise à l'hôpital pour les soins », raconte un témoin. Pour cause, les conducteurs des engins à deux roues réclament les motos de leurs collègues qui ont été saisies par les éléments du commissariat du 12e à Bonamoussadi. «Nous avons déjà marre du système du gouvernement.

Depuis lundi, les policiers saisissent des motos à tort et à travers, sous prétexte qu'on exige la plaque Cemac. C'est le fait d'avoir saisi plus de trente motos qui nous a poussé à nous mobiliser pour défendre nos droits», déclare sous anonymat un conducteur de moto. «Ce n'est pas encourageant de travailler dans ces conditions. On est toujours en train de nous exiger des pièces qui coûtent les yeux de la tête », poursuit-il.

En rappel, en sa qualité de président de la plateforme de lutte contre le désordre urbain, Naseiri Paul Béa, préfet du Wouri, a dirigé son équipe sur le terrain. Ainsi, des groupes constitués du représentant du délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Douala, du sous-préfet, du Maire, des forces de maintien de l'ordre et les agents de la cud se déploient sur le terrain dans les différents arrondissements de la ville de Douala. 

Depuis le lundi 19 septembre, les véhicules et motos sans plaque Cemac sont interpellés, saisis, puis conduits à la fourrière municipale de Youpwè.

 

Cameroun
  0 commentaire(s)

MboaPeople laissez un commentaire

    180


    Dans la catégorie Faits divers

    Tendances