Double condamnation à perpétuité de Michel Fotso

:: Afrique du Sud :: 1480 vues :: :: Justice
Double condamnation à perpétuité de Michel Fotso Koaci

Double condamnation à perpétuité du multimilliardaire Michel Fotso, Shanda Tomne lance le plaidoyer auprès des chefs traditionnels.

Lundi 5 Décembre 2016- Shanda Tomne, activiste des droits de l'homme et auteur de « J'ai compris Yves Michel Fotso », qui a entrepris une tournée nationale afin de réunir l'élite religieuse et traditionnelle, autour de son plaidoyer pour, la libération du multimilliardaire Yves Michel Fotso, -fils du richissime homme d'affaires Fotso -, était ce dimanche à Elig Effa, -un quartier populaire de la capitale-, où il a rencontré les autorités coutumières.

D'après Shanda Tomne, l'objectif de la rencontre avec les chefs traditionnels d'Elig-Effa, était de « porter le message de ses découvertes et de ses pérégrinations sociales, académiques et intellectuelles », contenues dans son livre, « J'ai Compris Yves Michel Fotso ».

Précisément, il s'agit pour Shanda Tomne, de susciter la « palabre » africaine, le débat autour du cas d'Yves Michel Fotso, dont les doubles condamnations à perpétuité, de son point de vue, « jettent le trouble et interrogent ».

« Nous voulons clairement, solliciter votre main et votre voix, pour porter vers notre président, Son Excellence Monsieur Paul Biya, la très grande clameur populaire qui affirme ou croit, que le temps du pardon est arrivé, même si les raisons des punitions, sont encore en débat », a déclaré l'activiste des droits de l'homme.

En réponse, le chef supérieur Elig-Effa, -dont la voix compte à Yaoundé-, s'est dit « touché » par le message porté par Shanda Tomne, « même si la décision a été prise par une institution spéciale, notamment le TCS ».

Le plaidoyer de Shanda Tomne qui doit se poursuivre, l'a déjà conduit dans plusieurs localités du pays, notamment dans les régions de l'Ouest et du centre.

A titre de rappel, Yves Michel Fotso, investisseur camerounais et ancien Dg de la compagnie nationale aérienne Camair, est arrêté le 1er décembre 2010.

Il sera d'abord condamné à 25 ans de prison, le 22 septembre 2012, en même temps que Marafa, après avoir été reconnu coupable du détournement de 29 millions de dollars (25 millions d'euros) déboursés en 2001 par le Cameroun pour l'achat non réalisé d'un avion présidentiel.

Puis, il écopera de deux peines de prison à vie en l'espace de quatre jours, dont la dernière est prononcée le vendredi 29 avril 2016.

 

Afrique du Sud
  0 commentaire(s)

MboaPeople laissez un commentaire

    180


    Dans la catégorie Justice

    Tendances